John Williams & Andre “Dr Dre” Young

John Williams & Dr Dre. Andre Young, docteur le plus connu au monde. Quelque part entre Luc, Jekyll et Dr House. Jusqu’à ce jour, tes productions nombreuses sont des tâches de sang sur les lettres de Hollywood, des roses d’épines ornent le mont.

John Williams, les tiennes sont des corps gisants dans le paysage audiovisuel. Produit de la Grosse Pomme, tu éliras domicile dans la Cité des Anges Déchus pour trouver ton Canaan. Des wagons-wagons quotidiens de Wagner au lac de signes d’une gloire préméditée.

Williams dans ses oeuvres

Toi, Dre tu voulus donc faire une croix sur la misère sociale qui gangrenait Compton. Pour ensuite Trouver ton étoile. Très tôt tous les 2 vous commençâtes à placer vos pions, l’amour de la musique fût plus fort que tout.

Un caméo de Williams dans son clip de Dre n’aurait pas été de trop!

 Si Williams débuta ses services dans le jazz, Young commencera par un rap festif au sein du World Class Wreckin Cru.

Mr Williams la musique classique joua une gamme majeur dans ta vie. Tu composas des pièces pour piano bien avant de récolter de l’or rapidement.

Ce fut progressif comme une maladie chronique. Le petit écran sera un couloir menant tes doutes vers une mort lente.

Dre bien qu’essuyant des attaques du padawan 2Pac et de son Maitre Sith Suge Knight, tu ne pris pas part à bord du vaisseau menant à la guerre des étoiles opposant l’est à l’ouest.

Les diamants de sang sont enterrés dans des couloirs où la mort les recouvre de son drap blanc. Perdu dans l’espace temps, le succès est le fruit issu de plusieurs graines. Homme dans l’air du temps, John tu crevas d’abord le petit écran te liant d’amitié avec Herrmann avant de rencontrer Spielberg dans ce qui restera l’un des duos les plus prolifiques de l’histoire du 7e art.

Qui se ressemble, s’assemble!

Moral en berne certes, mais or à Berne depuis un compte, Dre, ta dernière croisade contre le Chevalier Rouge ne fût pas sans conséquences. Le rêve californien connut un clap de fin précipité.

Les mélodies de la saga fantastique résonnent dans nos têtes, aujourd’hui encore. Malgré leur déception les fans s’impatientent quant au prochain épisode. Extraterrestre, 2e après Disney en termes d’Oscar, tu nages dans le fleuve du Styx.

Dre tu es le producteur rap le plus populaire. Bien que moins prolifique que ton collègue John tu n’en demeures pas moins un agent qui compte. Nul doute que cultivant le secret tu es hors de portée des dents de Mère Potin.

Par la suite, père des premières mélodies de Potter, Williams tu composas un numéro de charme qui opéra sur différents réseaux. Ainsi on te doit la musique du discours d’investiture d’Obama. Celui-même qui mena à la baguette le monde car ayant le bras plus long qu’ET.

Dorée la retraite serait, les plages de Dre ne mirent pas facilement au soleil son label. Une rencontre avec un Detroit type d’un nouveau genre te permettront de retrouver le devant de la scène.

Eminem de Detroit & Dre

Williams des phares élevés tu ne quittas pas la hauteur. Depuis ton habitait tu fis don de ta personne, les squales causent escales. La symphonie est dans nos têtes, peur se lit sur nos visages quand on s’éloigne de la rive. Point de Roy en vue donc l’effroi s’installe dans le point Nord de nos corps.

Dre dans les années 2000 le cœur des tubes battait notamment à l’ouest. De X à 50 Cent, des lettres converties en chiffres. Le projet avec Nas malgré des critiques d’alors d’ores et déjà sèches fut platine. La firme amante de gloire dicte ses lois hélas. Et s’il est vrai que la concurrence est rude, Morricone et Timbaland semblent bien petits dans le firmament.

Williams et Young, tous deux nés sous le signe du Verseau, votre signature a donné naissance à des sources intarissables. D’un côté Dre qui a du nez a emprunté à Clinton. Quand de l’autre, Williams tu pris des chopes chopped de Chopin. Puis, ensuite tu prélevas des échantillons de Menselsohn pour les introduire dans la secrétaire à souvenirs.

Des bribes de sbires firent subir à Dre le pire. Des cendres d’Angelois dans l’air devinrent des tubes notamment avec ton comparse Snoop, vous firent la paire.

Tenté par une retraite anticipée, John sous ta houlette, tu tricotas des symphonies avec tes baguettes en guise d’aiguilles sous les yeux ébahis des moutons consuméristes que nous sommes. Quand l’injustice bat son plein, le grand Boss, tonne.

L’orchestre rare est tel un oiseau dominant les débats. Dre tu le compris. Plutôt que de te risquer à perdre des plumes en écrivant, tu eus des nègres vivant la même galère pour que tes disques soient en tête de gondole. Refusant de surfer sur la mode, il fallait que le flot de paroles touche plus d’âmes que Angel Island.

Stakhanoviste chevronné, pour toi John la quantité et la qualité sont les pommes d’un même arbre. Contrairement à Dre qui perfectionniste à l’excès allie qualité à rareté dans son banneton de Compton. Les racines que sont les vôtres rappellent que vous venez de loin. Dans la langue de Molière je vante vos mérites. En effet, vos classiques sont des pierres posées aux quatre coins de la page de l’histoire.

Bien que pompé le style soigne des malades imaginaires. De votre art les plaideurs seront toujours de la partie. De la partition en guise d’hommage, cette musicalité poursuivra son cours, aura retenu vos leçons.

Laisser un commentaire