Robert Fitgerald “RZA” Diggs & Quentin Tarantino

RZA & Tarantino : deux cinéphiles qui ont marqué à la cire rouge avec la bague en or le 4e et le 7e art.

Certes Robert Fitzgerald Diggs, ta mère te fit don des prénoms de deux politiciens frappés par la foudre de la malédiction. Néanmoins frère du génie tu te saisis de l’éclair pour marquer le papyrus de ton siècle.

Robert Fitzgerald Diggs aka RZA

Quand temps dîne avec des couverts d’argent, Quentin tu cantines des histoires écrites qui puisent leurs inspirations dans un puits coloré. Des tares, des nantis nomades peuplent ces forêts devenus crayons et feuilles.

En effet, de l’Afrique au kung , vos idées fusent et piquent de leur dard la ruche de nos émotions. 36 chambrent mais un seul cuisine, 36 chandelles éclairées par votre génie au dessus des feuilles de critiques. La blaxploitation prit son envol avant de foncer dans un mur: celui du son. Tarantino tu lui rendis hommage en engageant l’inoubliable Pam Grier.

La panthère noire au sang café chaud resplendit de tout son charme dans ce rôle fait sur mesure. En bon abbé, Bobby Digital tu sus réunir sous ta coupe 9 disciples aux rimes aussi tranchantes qu’un katana, au talent-réservoir droguant depuis leurs lignes bleues des millions de consommateurs.

RZA avec le bandeau rouge et ses 9 disciples

Essentiellement passé maître dans l’art des dialogues, tu reçus un nombre important de prix, en bon chasseur de primes. Le sang coula depuis le balcon de Dr King, les larmes depuis les fenêtres de l’âme.

Car le repère du confiseur était un assortiment de vies brisées. Mais aussi de bons bonshommes enfermés dans des prisons avec des fleurs de cotons pour barreaux de prisons hélas.

Toi visage pâle tu, parlas effectivement d’une page sombre de l’histoire des Etats Unis. Sombre est l’atmosphère qui imprègne les plages du groupe dont tu es le chef. RZA, Tes compositions sont des blocs de pierre taillés par le dealer de sable depuis le pénitencier où s’entassent les idées arrêtés. Quentin emprunta le Z du Zorro de Disney et permit à Waltz de se faire un nom.

Tarantino avec un haut estampillé du ‘W’ du Wu Tang

RZA le Z au milieu de ton pseudo est la haine à l’étroit. En effet, le zoo musical contemple la Terre Mère Afrique planter son drapeau de fer dans la chambre du berceau de l’humanité.

New York l’Africaine côtoie New York l’Italienne depuis la statue couleur dollar de Bartholdi flottant sur les crues. Ne tournons donc pas autour du creuset culturel.

Si les western spaghetti ont été une influence majeure dans l’œuvre tarantinesque, alors John Ford a balayé les cadavres hors de la traversée du désert de Bobby. La violence est centrale. Parquée dans les courants de pensée provoqués par les deux tours que sont le bien et le mal.

Que ce soit toi RZA ou Tarantino les échanges balistiques sont aussi fréquents qu’à Roland Garros. Le boulevard de la mort est jonché d’étoiles peintes sur les sols de la postérité.

Tarantino et son étoile sur Hollywood Boulevard

Avant de connaitre des meilleurs lendemains nous pouvons orchestrer un mariage arrangé entre le divertissement et la culture. Nos yeux et notre cœur pour seuls témoins, des vers brisés sous mes pieds.

Des artistes comme vous y ont contribué. W, animé de vils desseins, a envoyé les siens en Irak. L’esclavage les miens de Knoxville à Lefrak. Puis de Brooklyn à Staten Island.

Votre attrait pour la culture asiatique vous a rapproché. Et si Kill Bill en est l’alibi, l’ouverture d’esprit en est le mobile.

Votre amour pour l’écriture, la musique et les productions intimistes ont su toucher des cibles mouvantes. A l’instar de Whitaker, elles ouvriront la voie pour des samouraïs en pressant l’arbre de la réalité. Et pour finir, nourriront vos faits d’arme de fruits tout en gardant sa pulpe fictive.

Gardant votre indépendance tout en touchant un large public, RZA tu as dit “réaliser tes sons comme des films”, des images mouvantes remplissant notre champs de coton imaginaire.

Un son aux allures tarantinesques

D’abord, habillés pour l’hiver de flamme, les tueurs nés au destin tragique en verve comme le Sphinx jouent à huis clos dans le complexe d’Oedipe, dans les studios de Hollywood. Devant ta caméra Tarantino, les poupées russes jouent avec nos nerfs depuis le Nouveau Continent.

Les cadavres entassés et les récits enchâssés font partie prenante des arts. En bon prince, RZA tu passas tes armes à l’West pour que le mouvement Wu perdure. Dorénavant, le roi de Chicago préfère éveiller les consciences pour St Christ que de massacrer pour Valentin.

Les portes de saloon ouvertes, le manichéisme un piano, des bobines de films retenus dans des pénitenciers tournent en rond, et prennent vie grâce à vos écrits. Le marchand de sable joue avec la manivelle du kaléidoscope. Tandis que vous, Quentin & Robert, vous faites des tirs groupés sur le conformisme avec un Thompson armées d’abeilles tueuses et de balles de savoir.

Somme toute, vous êtes des copies uniques aux influences multiples comme cet album qui ne verra le jour qu’en 2103, il était une fois de Hollywood à Shaolin.

Laisser un commentaire